Les 7 nouvelles merveilles du monde
Page précédente Page suivante

Le Colisée de Rome (Italie), la Grande Muraille de Chine, le Taj Mahal (Inde), la cité antique de Pétra (Jordanie), la statue du Christ rédempteur (Brésil), le Machu Picchu (Pérou), et la pyramide Chichen Itza (Mexique). Après les 7 merveilles du monde antique, voici la liste des "7 nouvelles merveilles du monde" dévoilée le 7 juillet à Lisbonne, au Portugal, au terme du vote de près de 100 millions de personnes par internet ou par téléphone dans le cadre d'un scrutin organisé par une fondation Suisse.



29206695.jpg
Le Colisée de Rome

Si Rome construisit son premier amphithéâtre bien plus tard que ceux de ses provinces, c'est peut-être en raison de la méfiance que l’Urbs vouait à tous les lieux de rassemblement, susceptibles de devenir des foyers d’agitation.

En ce sens, la construction du Colisée pourrait être la marque de l’optimisme politique des empereurs, tranchant sur la vie politique de la République romaine.

Plus certainement, on sait que l’amphithéâtre fût en partie bâtit pour des raisons économiques : Vespasien, pourtant économe, voulait procurer du travail aux personnes ruinées par les guerres civiles plutôt que de les nourrir à ne rien faire.

Le gigantesque chantier débuta en 72 de notre ère, et se sont les fils de Vespasien – Titus puis Domitien – qui achevèrent sa construction.

Son inauguration en 80 fût le prétexte à des Jeux grandioses, étalés sur cent jours, qui causèrent la mort de 5 000 fauves et de 2 000 gladiateurs.





nouvel52.gif
La Grande Muraille

Elle porte en chinois le nom de « long mur des 10 000 lis ( 5000 kilomètres ) » . Maintes fois remaniée ,abandonnée et relevée, la grande Muraille fut entretenue jusqu’à la fin de la dynastie des Ming en 1644 .Le terme au pluriel est plus approprié. La muraille encore visible est d’époque Ming .En utilisant le pluriel on désigne toutes les fortifications ( murailles –barrages ) disparates ou coordonnées à travers le Temps . Considérée de cette façon la grande Muraille compte plus de 50000 kilomètres de remparts , plus quez la circonférence du globe à l’équateur ( 40076 km ) destinés soit à protéger les han des barbares , soit destinés à protéger les états les uns des autres .

Le premier barrage continu fut aménagé sous le règne de Qing Shihuangdi à partir de 220 av. J.C pour protéger la Chine des Xiongnu en reliant des murs édifiés par les royaumes Yan et Zhao vers 300 av. J.C. La muraille fut abandonnée pendant 60 ans après ,la chute des Qin ( 206 av. J.C ) .Elle fut restaurée par l’empereur Wudi ( 140-87 av. J.C ) .Elle connut une nouvelle période de délabrement après la chute des Han en 220 ap. J.C .Des travaux reprirent aux Ve-VIe siècles ( Wei du nord , Wei de l’est , Qi du nord et Sui ) .Les Ming relevèrent la muraille de 1403 à 1435 et la complétèrent en 1470-1480 .

La grande Muraille part de Shanhaiguan sur la Mer de Bohai .On la suit à partir des montagnes qui surplombent le golfe de Hebei . Le tronçon situé non loin de Badaling qui se divise en deux .Le mur extérieur suit la frontière de l’actuelle province du Shanxi , le mur intérieur ( qui se visite à Badaling ) se dirige vers le sud-ouest sur 220 kilomètres , puis s’infléchit vers l’ouest et rejoint le mur extérieur à 200 kilomètres de Datong . Le plus souvent la hauteur de la muraille varie de 7 à 8 mètres pour une largeur moyenne de 6 mètres 50 à la base et de 5 mètres 50 à hauteur du chemin de ronde .des tours la renforcent tous les 120 mètres ( 25000 tourds et 15000 tours de guet ) .
taj_mahal_2009_035.JPG
Le Taj Mahal ! Un rêve d'amour ! Construit en marbre blanc, étincelant sous le soleil de midi, orange au coucher du soleil, ce bâtiment sublime est une preuve d'amour, l'amour fou que portait l'empereur moghol Shah Jahan à sa femme Mumtaz Mahal morte en mettant au monde son quatorzième enfant, alors qu'elle en avait déjà perdu huit.

Le Taj Mahal est donc un tombeau, le plus magique des mausolées, rendu célèbre par la beauté de ses proportions alliée à une symétrie parfaite. Le monument de forme octogonale, coiffé d'un dôme principal autour duquel sont disposés quatre dômes plus petits, est planté sur une terrasse en marbre blanc d'où jaillissent aux quatre coins, de hauts minarets. De part et d'autre du Taj Mahal, deux édifices en grès rouge complètent harmonieusement l'équilibre de l'ensemble. L'un d'eux est une mosquée. Les jardins, les bassins dans lequel le Taj se reflète, accentuent encore l'effet de symétrie.

Pour arriver jusqu'au Taj Mahal, il faut prendre un bus électrique ou une calèche. En effet pour protéger l'édifice de la pollution, des mesures ont été prises interdisant toute circulation de véhicules à moteur alentour. La fermeture de toutes les usines polluantes a également été décidée. La ville ne vit plus que du tourisme.
petra_jordanie_patrimoine_mondial_23.jpg
La cité antique de Pétra

Habitée depuis l'époque préhistorique, la cité caravanière de Pétra est située entre la mer Rouge et la mer Morte, à un carrefour important entre Arabie, Égypte et Syrie-Phénicie. Elle offre un témoignage unique d'une civilisation disparue au sein de laquelle les traditions orientales se sont mêlées à celles de l'architecture hellénistique.Au sud de la ville moderne d'Amman, Pétra occupe un site entouré de hautes collines de grès qui l'ont protégée, dans une certaine mesure, contre les envahisseurs, à l'extrémité du désert montagneux du ouadi Araba. Le site est demeuré pendant des siècles au croisement des principales voies utilisées par les caravanes de chameaux qui transportaient les épices entre la Méditerranée et le Proche-Orient, l'Afrique et l'Inde. Pétra a été fondée vers le VIe siècle av. J.-C. par les Arabes nabatéens, peuple sémitique qui fut à l'origine d'un empire commercial qui s'étendait jusqu'en Syrie. En 106 apr. J.-C., Trajan annexa le royaume nabatéen à la province romaine d'Arabie. Les nombreux tremblements de terre qui frappèrent Pétra entraînèrent le lent déclin de la ville, qui ne se ralentit pas même lorsqu'elle devint le siège d'un archevêché. Les Arabes conquirent la ville en 636, mais elle demeura à l'écart de la route de pèlerinage de La Mecque. Les croisés y construisirent un fort au XIIe siècle, rendant à Pétra son antique splendeur, mais ceux-ci se retirèrent bientôt, en abandonnant la ville aux populations locales. Ce n'est qu'au début du XIXe siècle que le site fut redécouvert par l'explorateur suisse Burckhardt.

rio-de-janeiro_sightseeing.jpg
La statue du Christ rédempteur, est le seul monument présent sur la liste des sept nouvelles merveilles du monde à avoir été érigée au cours du XX° siècle. Cette statue, haute de 38 mètres, se trouve aujourd'hui sur le mont Corcovado à Rio de Janeiro (Brésil.).

En 1921, l'Eglise décida d'organiser un concours afin de célébrer le centenaire de l'indépendance du Brésil, survenue en 1822. Finalement, il fut décidé de retenir le projet de deux participants, le sculpteur français Paul Landowski, et l'ingénieur brésilien Heitor da Silva Costa.

Toutefois, les travaux d'érection de la statue furent longs, et cette dernière ne fut inaugurée qu'en 1931.

Aujourd'hui, la statue du Christ rédempteur est devenue un pôle touristique de premier ordre au Brésil.
machu_picchu.jpg

Le Macchu Picchu

On estime que 1200 personnes pouvaient vivre à Machu Picchu. On y a dénombré 200 constructions différentes. La Cité se divise en trois aires : un ensemble religieux, un autre militaire et une zone résidentielle se trouvant dans un grand carré.

Dans l'aire religieuse se trouvent les temples, le sarcophage royal, l'Intihuatana (Pierre du Soleil) et les demeures des prêtres. Juste à côté de l'aire religieuse se trouve la zone réservée à l'Inca et à sa famille.

La partie la plus élevée de l'aire religieuse est l'Intihuatana. A côté de cette pierre on y voit une place où, vraisemblablement, l'Inca ou un grand prêtre pouvait parlait aux habitants de la cité tant l'acoustique y est parfaite.

Sur la droite se trouve la zone résidentielle, tandis que sur une colline rocheuse se dressent les édifices de la zone militaire.

Machu Picchu ne fut jamais découverte par les espagnols. Serait-ce le fameux Eldorado que cherchèrent durant des siècles les conquistadors ?

Quand Hiram Bingham arriva à cet endroit, des paysans indiens vivaient là. Ils lui confièrent que c'était l'endroit idéal pour ne pas payer d'impôts et d'éviter le service militaire.

C'est sans doute le grand Inca Pachacutec qui demanda la construction de cette cité comme un lieu de culte et de reccueillement. La multitude de temples qu'offre la cité l'en atteste, comme le Torreón ou le Temple du Soleil.

Chichen-Itza_El_Castillo.jpg

La pyramide de Chichén Itzà,fait partie du site archéologique du même nom. Elle est située au Mexique, dans le nord de l’état du Yucatán et au sud du golf du Mexique, plus précisément à 120 km à l’est de Mérida et 201 km à l’ouest de Cancùn. Il est l’un des sites archéologiques Maya les plus beaux et les mieux conservés en Amérique.La pyramide de Kukulkan mesure 55 m de large sur 55 m de long et 30 m de haut. Il y a 9 terrasses superposées en escalier et surmontées d’un petit temple. Il y a quatre escaliers de 91 marches chacun, 364 marches en tout, plus la terrasse du haut, cela fait 365 marches qui représentent chacune un jour de l’année. Elle est construite en un style de construction Toltèque (crâne, aigle, jaguar) mélangé avec le style de construction Maya. Elle est très solide. À la base de l’escalier, il y a des têtes de serpents sculptées dans la pierre prolongées d’un corps ondulé de serpent qui représente le dieu Kukulcan. Le petit temple situé en haut de la pyramide est en fait un autel qui servait à faire des sacrifices. À l’intérieur, dans une crypte, il y a un trône de pierre sculpté en forme de jaguar. En face, de la pyramide il y a un Chac-Mool: c’est une statue représentant un homme assis avec un plateau sur son ventre sur lequel on déposait des offrandes. Vers le dixième siècle après Jésus Christ, les Mayas ont été attaqués par une armée de puissants soldats appelés les Toltèques. Ces combattants venus du nord ont pris possession de la ville qui est maintenant le site archéologique de Chichén Itzà. La ville étant détruite, les Toltèques décidèrent de la reconstruire en mélangeant leur style d’architecture militaire (crânes, aigle jaguar) au style Maya. On dit que leur plus belle réalisation serait la pyramide de Chichén Itzà. Celle-ci a été construite pour le dieu Kukulkan, dieu de la pluie des Mayas. Deux phénomènes caractérisent cette pyramide. Premièrement, le jour de l’équinoxe de printemps, soit le 21 mars de chaque année, le dieu Kukulkan (ou Quetzacoalt en maya) descend sur terre provoquant des ombres en formes de serpents ondulants à la base de la pyramide. Deuxièmement, si on se place sur la plate-forme des cônes, devant la pyramide, et qu’on frappe des mains on peut entendre en écho le cri du “quetzal”, oiseau qui représente le dieu Kukulkan chez les Maya.Ces phénomènes sont-ils le fruit du hasard ? Sûrement pas!